« Sauvons le nez iranien » : une campagne anti-rhinoplastie

La rhinoplastie > Blog > « Sauvons le nez iranien » : une campagne anti-rhinoplastie
Publié le : 06 Octobre 2015 à 10:03
« Sauvons le nez iranien » : une campagne anti-rhinoplastie

Grâce à la chirurgie esthétique, la perfection et l'éternelle jeunesse peuvent être acquises et d'ailleurs, le nombre de demande en chirurgie augmente de manière inquiétante chaque année. En Iran, la rhinoplastie est la chirurgie la plus sollicitée. Tant les demandes grimpent et tant les patients sont de plus en plus jeunes qu'une campagne anti-rhinoplastie a été érigée « Sauvons le nez iranien ». 

 

La rhinoplastie en Iran

Depuis quelques années, l'Iran enregistre d'années en années, le taux de rhinoplastie le plus élevé au monde. Pour les anti-rhinoplasties, cela frôle même l'épidémie et le plus inquiétant c'est que de plus en plus d'adolescents le sollicitent dès 14 ans. Un groupe d'Iraniennes et d'Iraniens s'est donc levé pour mettre un terme à ce phénomène en lançant la campagne «Save the Iranian nose from becoming extinct » soit « Sauvons le nez iranien qui est en voie de disparition ».  

 

Les anti-rhinoplasties

Toutes les personnes, membres du groupe des anti-rhinoplasties ont décidé de publier sur leur page facebook une photo de leur vrai nez. Sur la page du groupe portant le nom de la campagne, ils encouragent les Iraniennes et les Iraniens à garder leur nez, héritage de leur ethnie. Ils les invitent à dire « Non » au bistouri et d'être fiers de leur nez tel qu'il est et ce, quelle que soit sa forme.

 

Un cri d'alarme

Si ce cri d'alarme a surgi au sein de la communauté, c'est parce que les chiffres sont  inquiétants. D'après les données enregistrées par l'International Society of Aesthetic Plastic Surgery (ISAPS) en 2013, un peu plus de 37 423 rhinoplasties ont été réalisées en Iran, soit 0, 04 % de toute la population du pays. Parmi les patients, les hommes sont de plus en plus nombreux.

 

La mammoplastie remporte le palmarès

Le nez iranien est moins en danger que la poitrine naturelle des femmes surtout dans les pays développés. Aux USA, 517 000 chirurgies des seins ont été réalisées en 2013 soit un taux de 0, 16 % contre seulement 0, 014 % seulement en Allemagne.