Chirurgie du nez

L’intervention :

A partir d’incisions dissimulées dans les narines, le chirurgien va remodeler l’os et le cartilage qui constituent l’infrastructure solide du nez et lui confèrent sa forme particulière. La peau recouvrant le nez devra se réadapter et se redraper grâce à son élasticité sur cette charpente ostéo-cartilagineuse qui a été modifiée.
Dans certaines chirurgies du nez, lorsqu’une obstruction nasale gênant la respiration existe, elle sera traitée dans le même temps opératoire, qu’elle soit due à une déviation de la cloison ou à une hypertrophie des cornets.
Chaque chirurgien adopte des procédés qui lui sont propres et qu’il adapte à chaque cas pour effectuer une rhinoplastie réussie. Il est donc difficile de systématiser une chirurgie plastique du nez.

Toutefois, on peut en retenir des principes de base communs :
Les incisions d’une chirurgie du nez sont dissimulées le plus souvent à l’intérieur des narines ou quelquefois sous la lèvre supérieure, et il n’en résulte donc aucune cicatrice visible à l’extérieur. À partir de ces incisions, la charpente osseuse et cartilagineuse va être isolée en décollant la peau qui la recouvre à l’extérieur et la muqueuse qui la tapisse à l’intérieur. L’infrastructure ostéo-cartilagineuse ainsi dégagée peut alors être refaçonnée selon le programme établi.
En fonction du chirurgien, de l’ampleur des améliorations à apporter, et de la nécessité éventuelle de gestes complémentaires, la chirurgie du nez peut durer de 45 minutes à deux heures.

L’anesthésie :

Habituellement une chirurgie plastique du nez se pratique sous anesthésie générale. Toutefois, dans des cas très rares, une anesthésie locale approfondie par des tranquillisants administrés par voie intra-veineuse (anesthésie « vigile ») pourra suffire.
Le choix entre ces différentes techniques sera le fruit d’une discussion entre vous, le chirurgien et l’anesthésiste.

Les cicatrices :

Comme pour toute intervention chirurgicale, une chirurgie du nez engendre des cicatrices.
Généralement, les cicatrices d’une rhinoplastie sont dissimulées entièrement à l'intérieur du nez et ne posent aucun problème.
Parfois cependant, la technique d’une chirurgie plastique du nez conduit à laisser des cicatrices dans la bouche, sous la pointe du nez (columelle), et/ou autour des ailes narinaires à la jonction avec les joues.
Si des greffons d'os ou de cartilage sont prélevés, il existe d'autres cicatrices, qui sont situées sur les sites de prélèvement de ces greffons : derrière les oreilles, dans les cheveux, à la hanche, ou sous le sein selon les cas.
Comme toutes les cicatrices, même discrètes, les cicatrices d’une chirurgie du nez sont définitives. Elles doivent être protégées du soleil pendant au moins un an pour éviter le risque de pigmentation définitive. Elles peuvent être rouges et visibles pendant plusieurs mois après une chirurgie du nez.
Leur aspect définitif (largeur, épaisseur, couleur) est imprévisible et ne doit pas être jugé avant 6 à 12 mois.

La convalescence :

La chirurgie du nez peut se pratiquer en «ambulatoire», c’est-à-dire en hospitalisation de jour avec une sortie le jour même après quelques heures de surveillance.
Toutefois, selon les cas, une courte hospitalisation peut être préférable. L’entrée s’effectue alors le matin et la sortie est autorisée dès le lendemain ou le surlendemain.
Il est recommandé de se reposer et de ne faire aucun effort les jours suivant une chirurgie plastique du nez.
Un arrêt de travail de 8 à 10 jours est nécessaire pour une chirurgie du nez vu les œdèmes et les hématomes sous les yeux.

Suites opératoires :

Les suites opératoires d’une chirurgie plastique du nez sont rarement douloureuses et c’est plutôt l’impossibilité de respirer par le nez qui constitue le principal désagrément des premiers jours. Il est recommandé de se reposer et de ne faire aucun effort les jours suivant l’intervention.
Les narines peuvent être méchées avec différents matériaux absorbants. Un pansement modelant est souvent réalisé à la surface du nez à l’aide de petites bandelettes adhésives. Dans la majorité des cas, les mèches sont retirées le lendemain ou le surlendemain d’une chirurgie plastique du nez.
Un plâtre recouvre le dos du nez et remonte jusqu'au front, où il est fixé par du sparadrap. Il sera laissé en place pendant 7 à 10 jours selon les cas.
Les fils de suture situés dans le nez sont résorbables. Dans certains cas toutefois, il peut exister d'autres fils non résorbables qui doivent être enlevés entre le 3ème et le 10ème jour.

Douleurs :

Suite à une chirurgie du nez, les douleurs sont habituellement modérées et, si nécessaire, combattues par un traitement antalgique et anti-inflammatoire

Œdèmes :

On observe, surtout au niveau des paupières, l’apparition d’un œdème (gonflement) et parfois d’ecchymoses (bleus) dont l’importance et la durée sont très variables d’un individu à l’autre.
Les traces d’une chirurgie du nez vont s’atténuer progressivement, permettant le retour à une vie socio-professionnelle normale après quelques jours (10 à 20 jours selon l’ampleur des suites).
Le nez apparaîtra alors encore assez massif du fait de l’œdème et une gêne respiratoire sera encore présente, due au gonflement de la muqueuse et à la formation possible de croûtes dans les fosses nasales.
Une diminution ou une disparition de la sensibilité du nez sont quasi constantes pendant plusieurs mois.

Résultat :

Un délai de deux à trois mois est nécessaire pour avoir un bon aperçu du résultat de la chirurgie du nez, en sachant que l’aspect définitif ne sera obtenu qu’après six mois à un an de lente et subtile évolution.
L’intervention apporte une amélioration morphologique et esthétique le plus souvent tout à fait appréciable, ainsi qu’un bénéfice psychologique non négligeable.
Les modifications apportées par une chirurgie du nez sont définitives, et seules surviendront des modifications mineures et tardives en rapport avec le processus naturel de vieillissement (comme pour un nez non opéré).
Une chirurgie plastique du nez étant motivée par des raisons esthétiques, les résultats ne peuvent être appréciés que subjectivement. Il est donc important d'admettre que les résultats obtenus peuvent ne pas correspondre exactement aux résultats espérés.

Devis

Newsletter